07 avril 2006

Traci Lords 1000 Fires

Si Traci Lords est sans aucun doute une star accomplie dans le cercle très intime des cinéphiles les plus avertis, son album 1000 Fires reste à ce jour un classique incontournable de la Techno qui fit d'elle une des pionnières de la Rave-scene de Los Angeles.

Avec sa production nerveuse, ses rythmes ravageurs, ses ambiances étranges et sa voix sensuelle, 1000 Fires offre une collection de morceaux accrocheurs lancés à grande vitesse et de ballades mid-tempo hypnotiques.

Loin d'être un de ces projets d'acteurs « en aparté », le disque bénéficie de la production de Juno Reactor, Ben Watkins de KLF, Mike Edwards de Jesus Jones et Babble de Thompson Twins. Contrairement aux productions du genre, les paroles sont étonnement personnelles et révèlent les meurtrissures d'une jeunesse perdue dans un monde glauque.

L'album s'ouvre sur « Control », hymne effréné et imparable qui fit les beaux jours de la bande originale de Mortal Kombat. Le sombre et légèrement gothique « Fallen Angels » mêle des paroles introspectives à une mélancolie certaine tandis que le menaçant « Good-n-Evil » rendrait jaloux Trent Reznor de Nine Inch Nails. L'envoûtant « Fly » se fait porter par un refrain imparable alors que « Distant Land » a des consonances très Orbital. « Outlaw Lover » vient ensuite recharger les batteries sur un tempo House impeccable. L'ensorceleur « I want You » ressemble à une version sensuelle de One Dove.

Après les accents Depeche Modiens de « Say Something » arrive « Father's Field », un morceau difficile, malsain et très personnel sur l'inceste, souvent la cause de jeunes filles sombrant dans la déchéance. « Okey Dokey » termine le tout sur une note House plus fun.

Injustement ignoré, 1000 Fires est un petit brûlot qui devrait ravir tout amateur de musiques électroniques.

Traci Lords